Dimanche 16 octobre, 2011

Catacombes : freeparty à La Plage

Echelle aboutissant à une plaque d'égoût scellée

Du sable chaud, du soleil, la mer…qu’il est doux l’imaginaire associé à la plage ! Mais quand on parle des Catacombes parisiennes La Plage ce n’est pas tout à fait la même chose.

Nous sommes vendredi 15 Octobre 2011 et je reçois l’appel d’un ami qui s’est passé à peu près comme ça :
lui : « Tu passes boire un verre ? »
moi : « Pourquoi pas, vers quelle heure ? »
lui : « Passe avant 21h00 après on va dans les catacombes. »
moi : « Je n’y suis jamais allé bonne idée ! »
lui : « C’est soirée déguisée donc je compte sur toi. »

Je préviens quelques amis en commun et essaie de rassembler tout dont j’aurai besoin 20m sous terre : lampe torche, piles de rechange, chaussures solides et étanches (Doc Martens pour ne pas les citer), un peu d’eau, quelques biscuits et un sac à dos étanche et résistant pour mettre tout ce fourbi. Sachant qu’il fait aux alentours de 15°C toute l’année dans les catacombes parisiennes je prends un manteau pas trop épais et je laisse l’écharpe à la maison !

Deux départs sont prévus à 22h00 et 23h00 dans le sud de Paris. Nous arrivons vers 22h45 et rejoignons un groupe d’une cinquantaine de personnes qui patiente déjà.
23h05 : le cortège se lance, et nous le suivons tout en interrogeant nos voisins sur la raison et le lieu de cette soirée. Nous apprenons que c’est un collectif d’artistes présent dans le sud de Paris qui organise cette soirée, que ce sera plutôt ambiance freeparty (on s’en doutait déjà) et qu’il y avait 300 personnes de prévues environ.

Pas mal ! 300 personnes 20m sous terre avec du son hardtech ou trance ça préfigure d’une soirée intéressante !

On marche quelques centaines de mètres sur la Petite Ceinture et on arrive vers un trou assez étroit où il faut s’engouffrer pour pénétrer dans les Catacombes.

Le tunnel est assez bas mais facilement pratiquable. Plusieurs croisements plus tard nous arrivons à des tunnels un peu moins accueillants avec de l’eau sur 20 bons centimètres. On tente tant bien que mal de ne pas trop se mouiller quand nous croisons des cataphiles qui nous expliquent que c’est peine perdue : plus tard nous aurons de l’eau jusqu’à mi-cuisse si nous voulons rejoindre la salle de La Plage. Et en effet quelques minutes plus tard voilà ce qui se trouve devant nous :

Nous continuons notre périple cette fois-ci sans plus nous soucier de l’eau. Quand on est trempé, qu’il y a de l’eau tout le long du tunnel et qu’il est trop tard pour faire demi-tour, que veux-tu faire ?  Nous pressons le pas car les basses commencent à se faire entendre. Nous arrivons finalement dans une grande salle avec deux ambiances sonores différentes, des couloirs où les gens sont assis et des poubelles à de multiples endroits pour garder le lieu propre à la fin de la soirée.

Le son est plutôt bon avec une dominance de techno hardcore dans la salle principale et un peu plus douce avec des teintes de trance dans la salle à la configuration plus modeste. Des lasers, lights et décorations sont installés un peu partout et les multiples fumeurs servent efficacement de machines à fumée. Plusieurs DJ se relaient et un groupe constant d’une centaine de personnes danse en buvant quelques verres. L’ambiance est très agréable, les gens sont sympas, déguisés et même si des substances circulent à droite et gauche, c’est quand même plutôt bon enfant. On remarque visiblement que la population attirée par cette soirée n’est pas la population habituelle des freeparties ou des catacombes mais plutôt des jeunes attirés par le côté risqué et subversif qu’est de faire une soirée 20m sous terre. Un indice ? Les chemises à carreaux, talons aiguilles et les sacs à main en cuirs de certaines demoiselles !

Voici une vidéo faite avec les moyens du bord histoire de vous rendre compte de l’ambiance sur place :

Seule ombre au tableau un cataphile arrive un peu avant 3h du matin et lance un fumigène pas loin de l’entrée. L’air devient assez rapidement irrespirable et fortement chargé en souffre dans la petite salle. C’est le moment que nous choisissons pour nous rassembler et nous diriger vers la sortie. Après quelques égarements et des rencontres insolites sur le chemin du retour c’est avec un agréable plaisir que nous regagnons la petite ceinture. On appelle les copains sortis avant nous et laissons des messages sur les répondeurs des autres afin que personne ne s’inquiète et vérifier que tout le monde est bien sorti. Nous regagnons ensuite le métro le plus proche afin de rentrer prendre une bonne douche et étendre nos habits encore bien humides.

 Mathieu Mahoudeau


Partager cet article :


Eat more


Radiohead : Live aux Arènes de Nîmes
Radiohead : Live aux Arènes de Nîmes
Musique, Reportage
Les technoïdes rêvent-ils de moutons alcooliques ?
Les technoïdes rêvent-ils de moutons alcooliques ?
Festivals, Musique, Reportage
Tremplin Sziget 2012 : vote pour ton groupe préféré !
Tremplin Sziget 2012 : vote pour ton groupe préféré !
Festivals, Musique


4 Comments


Trackbacks and Pingbacks

Leave a Comment


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>